DIKTATS (of beauty)

14/02/2019

Au départ, il y avait un ressenti personnel dérangeant dans la répétition quotidienne de l'action de se maquiller. Puis, il y eut une observation sociologique des comportements de femmes vis-à-vis des informations véhiculées par les médias et magazines féminins. Ensuite, il y eut le constat du conditionnement social et des auto-suggestions répétitives des gestes de beauté. 

Zoom sur les sérigraphies autour des DIKTATS de la beauté. 

Dans ce travail, je me suis focalisée sur les instruments liés aux gestes cosmétiques avec la série sur papier tirée de mes notes préparatoires : 

 "Instru-Mental", technique mixte, 42 x 56,4 cm, exemplaires uniques.

La répétition.

C'est par la répétition de ces objets que je créé un lien avec les gestes quotidiens de micro-chirurgie, tous les jours, jours après jour, au poil près ! Les conditionnements sont des automatismes. Ce qui m'intéresse c'est leur double-jeu: créateur de beauté comme soin de l'apparence, ou destructeurs de beauté par l'obsession de l'apparence.

C'est alors que j'ai axé mon travail plastique autour de ce que j'appelle les micro-chirurgies domestiques : recourbe-cils, rasoir, pince à épiler, ciseaux, coupe-ongles. J'ai aussi exploré la crème de beauté et le rouge à lèvre, puis le masque de nuit… 

Ce dernier était un symbole de retrait face aux diktats. Parce qu'il est prévu pour s'isoler, il représente un retour à soi. Le masque de nuit, parce qu'il cache les yeux, porte aussi en lui, la volonté d'oublier le conditionnement ou d'éviter d'y penser. 

Mais c'est dans le graphisme d'un Mascara que je trouvais le plus de significations et d'implicites… 

J'ai choisis de mettre en scène tous ces instruments sur papier et sur aluminium, par usage de la répétition. Ci-dessous le catalogue à télécharger.