en-us-

Art vidéo et installations

01/04/2019

Histoires et techniques

Parler d'Art vidéo est ambitieux, tant il a évolué depuis la seconde moitié du XXe  siècle. Au sein même de la pratique, il y a autant de propositions stylistiques que d'approches artistiques : vidéos expérimentales, documentaires, fictions et animations, mises en scène ou séquences "live"… une infinité de possibles.

Approche performative et installations

Depuis les années 40 déjà, l'approche performative et les installations s'inscrivent dans les nouvelles pratiques artistiques. A commencer par Pollock ; ensuite Y.Klein, avec ses lâchers de ballons dans les années 50, ou encore J.Cage, avec ses happenings et ses bruitages ; ou encore Kaprow, en 1959, qui va encore plus loin et crée des performances simultanées dans différentes endroits ; enfin, avec le mouvement Fluxus.

C'est ainsi, que l'art video fait son entrée dans les années 60. Les nouvelles techniques sont alors introduites d'abord à titre expérimental sur les lieux d'expositions. Avec des propositions qui impliquent des jeux visuels, par exemple dans "Outer and inner space" d' Andy Wharol, en 1965. 

Des années 40 aux années 90, le crossover s'est développé. Les pratiques artistiques comme le théâtre, la danse, la littérature et les arts plastiques s'entremêlent pour ouvrir de nouvelles perspectives. 

L' Art vidéo est utilisé comme un liant, ou une mise en abime de ce qu'il se passe sur une scène (au sens large du terme).

Médium artistique hybride puissant

La puissance du médium réside en sa capacité de créer des images inépuisables, tous formats, toutes expressions, de toucher l'intellect autant que les émotions, d'être purement formel ou plastique, de raconter une histoire ou au contraire de se séparer d'une narration. Un exemple concret avec le film de Bill Viola intitulé "No beginning, no end, no direction, no duration" (1980).

Cette capacité à se montrer en de multiples formes hybrides est passionnante. La puissance de la vidéo vient aussi de l'extraordinaire possibilité de poser un acte artistique à chaque étape du processus avant sa production finale : prise de vue, montage, post-production… Dans la composition, on introduit même toutes sortes de perturbations, combinaisons d'images, superpositions, simulations, split screens ou encore dissociations du son et de l'image, morphing, ralentis, accélérés… 

Boucles et multi projections

Depuis les années 80, l'écran lui-même devient objet artistique au travers des projections multi écrans.

Un des pionniers en la matière est Naim June Paik, premier artiste à faire usage de l'image électronique animée. Il est connu pour ses projections multiples. 

Quant au fait de projeter une vidéo en boucle, cela impose un autre regard. Le spectateur doit s'arrêter et prendre place. C'est un spectacle en continu, qui a changé profondément notre rapport à l'œuvre d'art.